Liste des articles
À quel type d’aides ai-je droit pour mon appartement en tant qu’étudiant ?
Logement Bons plans

À quel type d’aides ai-je droit pour mon appartement en tant qu’étudiant ?

Le logement fait partie des postes de dépenses les plus importants pour les étudiants.

En moyenne, il faut débourser près de 500 € par mois de loyer pour un studio de 23 m², à moins qu’on se trouve dans des villes comme Paris, Lyon ou Bordeaux où les prix sont plus proches des 700 €.

Comme nous savons que le logement est l’une des principales préoccupations des étudiants et de leurs parents, WIZBII Money vous présente quelques aides pour réduire le montant de votre loyer.

Logement en résidence étudiante 

Les résidences universitaires ou « logements CROUS » sont destinés en priorité aux étudiants boursiers.

Ces lieux font partie des choix plébiscités par beaucoup d’étudiants à la fois en raison des prix accessibles, car subventionnés, mais également en raison du cadre de vie épanouissant et sécurisé que peuvent offrir les campus.

Pour bénéficier de ces logements (chambre, studios, F1 bis et quelques T3), l’étudiant doit au préalable remplir le Dossier Social Étudiant (DSE) et cocher la case « Je demande un logement ».

Dans un second temps, il faut compléter et préciser sa demande en allant sur le site https://trouverunlogement.lescrous.fr

L’aide personnalisée au logement (APL)

L’APL est une aide financière gérée par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) ou la mutualité sociale agricole (MSA), selon le régime auquel la personne est rattachée.

Cette aide permet de réduire le montant du loyer des jeunes qu’ils soient ou non étudiants.

Il s’agit d’une allocation attribuée sous conditions de ressources et conformément à certains plafonds qui tiennent compte de la composition du foyer et du lieu du logement.

Pour connaître le montant, il est possible de faire une simulation sur plusieurs sites, dont WIZBII Money.

Pour bénéficier de cette aide, il faut :

  • Être âgé de moins de 30 ans et résider dans un foyer.
  • Ou être locataire ou sous-locataire (mais déclaré au propriétaire).
  • Ou être hébergé chez un(e) accueillant(e) familial(e) (pour les personnes handicapées).

De plus, les personnes étrangères (hors citoyens d’un pays membre de l’Espace économique européen) doivent avoir un titre de séjour en cours de validité.

D’autre part, le logement doit répondre à certains critères de décence ainsi que de conditions minimales d’occupation et il doit être « conventionné ».

L’allocation de logement familiale (ALF) 

L’ALF est également une autre aide à destination des personnes, qu’elles soient ou non étudiantes, permettant de réduire le montant du loyer.

L’AFL dispose de conditions d’attribution plus strictes que l’APL. 

De plus, ces deux aides ne peuvent pas se cumuler.

Pour toucher de cette allocation, le demandeur doit se trouver dans l’une des situations suivantes :

  • Bénéficiaire des prestations familiales ou de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH).
  • Être un jeune ménage sans enfant, c’est-à-dire que la somme des âges révolus du couple n’excède pas 55 ans.
  • Être enceinte, seule et sans personne à charge à compter du 1er jour du mois civil suivant le 4e mois de la grossesse et jusqu’au mois civil de la naissance de l’enfant.
  • Avoir à charge un ascendant de plus de 65 ans (ou 60 ans s’il est inapte au travail, ancien déporté ou ancien combattant) et ne pas disposer de ressources supérieures au plafond de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa).
  • Avoir à charge un ascendant, descendant ou collatéral atteint d’une infirmité entraînant une incapacité permanente d’au moins 80 % ou qui est, compte tenu de son handicap, dans l’impossibilité de se procurer un emploi.

Le montant de l’ALF est variable d’un bénéficiaire à un autre. 

Le calcul de cette aide tient compte de plusieurs critères, dont les ressources du foyer, la situation familiale, ainsi que le nombre de personnes à charge, le prix du loyer, etc.

L’allocation de logement social (ALS) 

Tout comme les deux dernières allocations, l’ALS est gérée par la CAF ou la MSA.

Elle est attribuée aux personnes défavorisées comme les infirmes, les jeunes salariés, les demandeurs d’emploi de longue durée, mais aussi à toute autre personne exclue des autres aides au logement.

Cette aide est conditionnée à un seuil de ressource à des plafonds qui peuvent varier en fonction de la composition du foyer et du lieu du logement.

Le fonds de solidarité pour le logement (FSL) 

Enfin, le FSL n’est pas une allocation au logement.

Il s’agit d’un dispositif existant dans chaque département avec son propre règlement intérieur et ses propres critères d’attribution.

Pour bénéficier de cette aide, il faut au préalable contacter un travailleur social.

En fonction des problématiques de la personne, le FSL peut accorder deux formes d’aide : une subvention ou un prêt à rembourser.

Ce fonds de solidarité sert exclusivement à payer les dépenses directes liées au logement : dépôt de garantie, premier loyer, frais d’agence, frais de déménagement, assurance du logement, dettes des charges, etc.

Prenez 5 minutes pour accéder à + de 250 aides financières !

Calculer gratuitement vos aides
  • CPU
  • Toutes les aides
  • FAQ