Aide au permis de conduire (apprenti)

nationale

Si vous êtes un jeune apprenti et que vous souhaitez passer votre permis de conduire pour accéder plus facilement à un emploi, vous pouvez accéder à "l'aide au permis de conduire apprenti". WIZBII Money fait le point sur cette aide !

Tester mon éligibilité

Pour passer son permis de conduire, il faut pouvoir être dans la capacité d’investir une somme d’argent importante, mais tout le monde n’a pas forcément les ressources nécessaires pour le faire.

Néanmoins, avoir son permis B, c’est parfois le seul moyen d’accéder à un emploi.

C’est pourquoi, en 2019, l’État a décidé d’aider les jeunes apprentis à financer leur permis en leur accordant une aide financière exceptionnelle. Ce dispositif a été l’un des thèmes de campagne du Président de la République, Emmanuel Macron.

Si vous travaillez actuellement sous contrat d’apprentissage et que vous souhaitez être aidé pour financer votre permis de conduire, cet article va vous intéresser.

En effet, WIZBII Money vous parle de quelques dispositifs, dont l’aide au permis pour les apprentis, les aides des collectivités territoriales, le Fonds d’Aide aux Jeunes et le permis à « 1 € par jour ».

L’aide aux apprentis

Puis-je en bénéficier ?

Le montant forfaitaire accordé par l’État pour financer le permis de conduire des apprentis est de 500 €.

L’aide est versée sans condition de revenus salariés ou de ressources annexes comme les aides ou prestations sociales complémentaires.

Pour en bénéficier, il faut respecter les critères suivants :

  • avoir entre 18 ans et 30 ans,
  • travailler sous contrat d’apprentissage en cours d’exécution,
  • avoir entamé les démarches auprès d’une auto-école pour passer l’Épreuve Théorique Générale du Code de la route (ETG) ou l’examen pratique du permis B.

L’aide financière versée aux apprentis n’est attribuée qu’une seule fois avant ou après avoir passé l’examen du permis de conduire.

À noter que cette aide ne comptera pas dans le calcul des revenus fiscaux du foyer auquel l’apprenti est rattaché. Il n’est donc pas nécessaire de la déclarer auprès de Pôle Emploi, la Caf (Caisse d’allocations familiales) ou les impôts.

A qui et comment demander l’aide au permis ?

Pour obtenir l’aide au permis, vous devez faire la demande auprès du CFA (Centre de Formation d’Apprentis) où vous vous êtes préalablement inscrit.

Il vous sera demandé de constituer un dossier comprenant les pièces suivantes :

  • un formulaire de demande d’aide à compléter,
  • une photocopie de votre carte d’identité (ou passeport, titre de séjour, etc.),
  • une copie de la facture de votre auto-école datant de moins d’un an.

Il convient de souligner que, sous certaines conditions, il est possible d’obtenir cette aide même si vous avez déjà obtenu votre permis au préalable.

Il existe également d’autres dispositifs pour aider financièrement un apprenti.

La bourse au permis allouée par les collectivités territoriales

Les régions peuvent accompagner les apprentis dans le financement de leur permis de conduire grâce à une bourse, qui peut représenter entre 50 % et 80 % du coût total.

Il est important que vous sachiez que le montant attribué à la bourse varie d’une région à l’autre et que certaines communes ne proposent pas ce dispositif. Chaque région décide des conditions d’attribution. Par exemple, certaines collectivités peuvent vous demander en contrepartie de l’obtention de la bourse de participer à des activités d’intérêt général au sein d’associations.

C’est la collectivité territoriale qui est chargée de verser la bourse au permis à votre auto-école.

Dans la plupart des collectivités territoriales (mairies, départements, régions), les conditions pour en bénéficier sont les suivantes :

  • avoir entre 18 et 25 ans
  • pouvoir justifier d’un manque de ressources nécessaire pour financer le permis B,
  • justifier que l’obtention du permis puisse vous aider à trouver un emploi,
  • faire preuve d’une « motivation citoyenne ».
  • que le code soit obtenu en moins de deux ans.

Le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ)

Le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ) est une aide financière plafonnée à 1000 €. Cette subvention est accordée par le Ministère de la Solidarité et de la Santé aux bénéficiaires qui :

  • ont entre 18 et 25 ans,
  • sont en grande difficulté financière,
  • sont en possession d’une promesse d’embauche ou sont engagés dans un projet de formation qui nécessite d’avoir le permis B,
  • sont inscrits dans une Mission locale de jeunes de leur département dans l’objectif de suivre un programme de réinsertion.

Le FAJ ne sert pas qu’à financer le permis de conduire. En effet, il est possible d’utiliser ce fond pour couvrir des frais liés au logement ou aux soins de santé.

Le montant du fonds est fixé par chaque département. La demande doit être effectuée auprès de la Mission locale où le jeune est inscrit.

Le permis à 1 € par jour

Enfin, le dernier dispositif permettant aux apprentis d’obtenir une aide au permis s’appelle « le permis à 1 € par jour ».

Grâce à ce programme, l’État donne la possibilité aux personnes âgées de 15 à 25 ans de financer, sous la forme d’un prêt à taux 0, le permis B, A1 et A2 à 1 € par jour dans le cadre de la formation initiale ou, en cas d’échec à l’épreuve, d’une formation complémentaire.

Pour obtenir cette aide, il est nécessaire de s’inscrire auprès d’une école de conduite ou d’une association qui a obtenu un label « Qualité » de la part de l’État.

En effet, l’école qui a ce label garantit qu’elle assure une formation de qualité et qu’elle est assurée en cas de défaillance financière.

Le prêt ne peut être souscrit qu’une seule fois et doit être demandé auprès d’une banque ou d’un organisme d’assurance partenaire.

La liste des Établissements financiers partenaires est disponible sur le site de la sécurité routière. On peut citer des banques comme la Caisse d’Épargne (réseau BPCE), la Société Générale, les assurances MACIF et MATMUT ou encore l’Association Cresus.

Le prêt peut varier de 300 € à 1200 €.