Aide à l’Installation dans un Logement pour les Etudiants (AILE)

régionale

Si vous êtes étudiant dans la région Ile-de-France, vos dépenses sont certainement très importantes et vous n'avez peut-être pas les équipements nécessaires pour aménager votre appartement. Découvrez ainsi L'AILE une subvention pour faciliter l'installation dans votre nouveau logement !

Tester mon éligibilité

Pour un étudiant, Paris et l'Ile-de-France sont à la fois un rêve et un cauchemar.

En effet, la capitale dispose des meilleurs établissements de l’enseignement supérieur (Universités, Grandes écoles, Écoles de commerce, etc.).

En contrepartie, les étudiants doivent affronter un problème de taille : en région parisienne, les dépenses sont plus importantes et notamment celles en lien avec le logement.

Ainsi, selon une récente étude du site seloger.com, un studio à Paris (de 21 m²) coûte en moyenne 808 € hors charge, contre 392 € à Nantes ou 499 € à Lyon.

C'est pour cela que nous expliquons en détail d'un dispositif peu connu des étudiants : l'aide financière AILE.

L’AILE, une aide à destination des étudiants

Créée en 2012 sous l’impulsion du Maire de Paris de l’époque, Bertrand Delanoë, l’AILE est une subvention à destination des étudiants boursiers pour faciliter leur installation dans un nouveau logement.

À quoi sert l’AILE ?

L’objectif de l’AILE ou « aide à l’Installation dans un Logement pour les Étudiants » est de financer exclusivement l’acquisition de matériel, mobilier et équipements nécessaires à l’installation dans un logement.

Elle permet notamment de couvrir les frais qui concernent l’achat :

  • des équipements informatiques (ordinateur, imprimante, etc.),
  • de lits, armoires, tables, etc. dans les logements non meublés,
  • de l’électroménager (machine à laver, micro-ondes, etc.).

Quelles sont les conditions pour percevoir l’AILE ?

L’AILE s’adresse uniquement aux étudiants qui remplissent les critères suivants :

  • bénéficier de la BCS (bourse sur critères sociaux), peu importe l’échelon, ou de l’aide spécifique allocation annuelle des CROUS de Paris, Créteil et Versailles,
  • être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur (Université, IUT, Grandes Écoles, etc.) qui dépend des académies de Paris, de Créteil ou de Versailles,
  • être allocataire (déclaré) d’un logement parisien signé entre le 1er juin 2019 et le 31 mars 2021 (pour la rentrée scolaire 2020-2021). Ainsi, les étudiants en colocation peuvent percevoir cette aide uniquement s’ils figurent sur le bail.

Il convient de signaler que ce dispositif exclut les étudiants qui vivent dans les résidences universitaires conventionnées.

Comment percevoir l’AILE ?

Pour bénéficier de l’AILE, il suffit de télécharger le dossier présent sur le site https://mie.paris.fr/.

Une fois complété, l’étudiant devra envoyer son dossier par mail à depot-dossier.aile@crous-paris.fr.

Il devra également joindre les justificatifs suivants :

  • la copie du bail au nom du demandeur,
  • un justificatif de domicile de son logement à son nom, comme une facture d’EDF, d’un téléphone fixe, de l’assurance habitation,
  • un RIB,
  • une attestation sur l’honneur.

À noter que, par cette dernière, l’étudiant s’engage à dépenser l’AILE aux fins prévues d’une part.

D’autre part, il devra conserver les justificatifs d’achats (les factures) pendant une durée minimum de deux ans à compter de la demande afin de les présenter en cas de contrôle.

À combien s’élève l’AILE ?

Le montant de l’AILE varie en fonction de l’échelon de l’étudiant boursier.

Pour la rentrée 2020-2021, le montant était de :

  • 500 € pour les boursiers à l’échelon 0 Bis,
  • 550 € pour les boursiers à l’échelon 1,
  • 600 € pour les boursiers à l’échelon 2,
  • 650 € pour les boursiers à l’échelon 3,
  • 700 € pour les boursiers à l’échelon 4,
  • 800 € pour les boursiers à l’échelon 5,
  • 900 € pour les boursiers à l’échelon 6,
  • 1000 € pour les boursiers à l’échelon 7.

Pour connaître son échelon, il suffit de regarder la notification d’attribution de la BCS envoyée par le Crous.

À noter que l’échelon dépend des revenus de la famille et des points de charge :

  • le nombre d’enfants à charge fiscale de la famille,
  • le nombre d’enfants à charge dans l’enseignement supérieur,
  • l’éloignement du lieu d’étude.

Quelles sont les autres aides au logement pour les étudiants ?

L’AILE n’est pas la seule aide à destination des étudiants parisiens et des académies de l’Île-de-France. Il existe une multitude d’aides au logement, dont les suivantes.

Les aides de la CAF

Tout d’abord, la CAF (Caisse d’allocation familiale) ou les MSA (mutualité sociale agricole) proposent des aides à destination des jeunes, qu’ils soient ou non étudiants.

L’APL (aide personnalisée au logement), l’ALS (allocation de logement social) ou l’ALF (allocation de logement familial) disposent de leurs propres conditions d’attributions et de leurs montants.

Pour savoir si en tant qu’étudiant vous pouvez percevoir l’une de ses aides, nous vous recommandons d'utiliser notre simulateur d'aides financières. La simulation est gratuite et vous permet de connaître le montant de vos APL.

L’aide mobili-jeune d’Action Logement

Action Logement a créé le dispositif « aide mobili-jeune ». Il s’agit d’une subvention mensuelle permettant de prendre en charge une partie du loyer pouvant aller de 10 à 100 € maximum.

Cette aide s’adresse aux étudiants de moins de 30 ans qui effectuent une formation en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) dans une entreprise du secteur privé (hors domaine agricole).

En outre, pour bénéficier de cette aide, les étudiants doivent percevoir un salaire brut inférieur ou égal à 100 % du SMIC.

Le FSL

Enfin, en cas de grandes difficultés, les étudiants peuvent également solliciter le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) de son département.

Ce fond peut accorder des aides financières sous forme de subvention ou de prêt à toutes les personnes, qu’elles soient étudiantes ou non, lorsqu’elles rencontrent des difficultés pour régler les dépenses liées au logement : loyers, cautions, frais de déménagement, factures, etc.

Chaque département dispose de ses propres conditions d’attribution, il est donc nécessaire de se rapprocher d’un travailleur social (assistante sociale, conseillère en économie sociale et familiale) pour connaître les différentes modalités.